Les abeilles : nos amies sucrées !

Pour commencer, tordons le cou à une idée reçue qui a la peau dure :

« Attention, elle va te piquer ! »

D’après une source sûre à 200 % (des amis apiculteurs) une abeille ne va piquer qu’en dernier recours : si elle se sent vraiment en danger (genre tu gesticules dans tous les sens  juste à côté d’elle !), ou si la ruche est menacée…. parce qu’elle ne peut piquer qu’une seule fois dans sa vie, après c’est R.I.P. l’abeille !

 Et il n’existe pas d’abeille kamikaze !!! PRO-MIS !

Par contre les guêpes, c’est une autre histoire… elles peuvent te piquer autant de fois qu’elles le veulent… alors un conseil : ne bouge pas ! 

Et si un frelon te pique (lui, il pique vraiment pour le plaisir), va vite aux urgences !!!

comparaison
Abeille et bourdon : les gentils de la bande !

BZZZ … BZZZZ…

Vous les entendez ?

Elles sont en plein travail !

Mais c’est quoi le travail d’une abeille d’ailleurs ?

Tout au long de sa vie, une ouvrière va changer plusieurs fois de « job ». Elle va être :

  • 24 heures après sa naissance : Nettoyeuse (nettoyage des alvéoles libérées des larves)
  • Au 4ème jour : Nourrice (des larves âgées, puis des jeunes)
  • Du 10ème au 18ème jour : Ventileuse (maintien de la température dans la ruche et évaporation de l’eau contenu dans le nectar…)
  • Du 18ème au 20ème jour : Cireuse (fabrication des alvéoles)
  • A 3 semaines : Gardienne (protection de la ruche…)
  • A plus de 3 semaines et jusqu’à sa mort : Butineuse (récolte du nectar et du pollen)

Et c’est grâce à cette organisation militaire que l’on peut se régaler avec des bonnes tartines de miel ! Miam !

honey-1958464_1920


Mais ce délicieux miel qui nous dégouline sur les doigts n’est que la partie visible de l’iceberg  leur travail !

Sans les abeilles, terminé les légumes dans nos assiettes et les fruits gorgés d’eau et de soleil.

Elles participent à près de 80% de la pollinisation des espèces végétales.

Alors si on veut pouvoir continuer à se régaler…. et bien il faut les protéger !

9340d4168a2b3cc042f9bdf95280789a


Mais protéger les abeilles de quoi ?

En moins de 30 ans, les populations d’insectes volants ont chuté de près de 80 % en Europe. https://www.francetvinfo.fr/Disparition des insectes en Europe un déclin surprenant par son ampleur et grave.

Des recherches ont été effectuées pour connaitre les raisons d’un tel phénomène :

Les insectes sont victimes des produits utilisés dans l’agriculture et sont également victimes d’un manque de nourriture.

butterfly-3476263_1920

En cause ? Je vous le donne dans le mille :

Le Glyphosate et les Néonicotinoïdes !

OK, mais c’est quoi exactement ?

toxic-28714_1280

Le glyphosate  : herbicide rentrant dans la composition du  « ROUND UP de Monsanto« , mais également dans près de 750 produits répartis chez 90 fabricants.

Il sert à désherber, c’est à dire qu’il élimine les plantes adventices (les « mauvaises herbes ») et par la même occasion supprime la nourriture des insectes. Il empoisonne également le sol et l’eau, et donc toute la faune et la flore environnante (insectes volants, insectes rampants, oiseaux, poissons…).

Chaque année 700 000 tonnes de glyphosate sont vendus dans le monde, dont 8000 tonnes en France, que l’on retrouve dans nos assiettes, notamment dans les céréales du petit déjeuner, dans certaines pâtes et certains légumes secs.

Le C.I.R.C. (Centre International de Recherche sur le Cancer), organisme de l’OMS, a classé le glyphosate en catégorie 2A, c’est à dire comme « cancérogène probable » en mars 2015, dernière étape avant la classification en « cancérogène certain ».

Les Néonicotinoïdes : classe de produits toxiques utilisés comme insecticide, qui s’attaque au système nerveux central des insectes, causant leur paralysie puis leur mort.

Interdits en France grâce à la loi sur la biodiversité de 2016. Malheureusement deux produits ont néanmoins reçus une dérogation pour la mise sur le marché Français : Le Closer et le Transform : 2 tueurs d’abeilles en puissance !


Mais alors que faire ?

Quelques gestes simples sont à la portée de tous :

  1. On se débarrasse de sa bouteille de désherbant ! BEURK 😦
  2. On met des plantes mellifères* dans son jardin ou sur son balcon : noisetier, amandier, groseillier, acacia, houx, thym, lavandin, framboisier, rhododendron, angélique, bruyère, romarin…
  3. On achète son miel chez l’apiculteur près de chez nous.
  4. On plante une prairie mellifère*, même une toute petite c’est déjà super ! (on trouve des paquets de graines prêts à l’emploi).
  5. On a un grand jardin ? on y installe une ruche (d’un apiculteur ou la sienne)
  6. ET SURTOUT : On les laisse bosser en paix ! (Les abeilles hein ?! pas les apiculteurs… quoi que ! 😀 )

*Plante mellifère : Plante produisant une bonne quantité de nectar et de pollen, lesquels sont de bonne qualité et accessible aux abeilles.

Calendrier_de_plantation_des_fleurs

Allez, on répète après moi :

« Les abeilles sont mes amies ! »

Je vous envoie des bisous sucrés (et un peu collants aussi) et je vous dis à bientôt !

Céline.

P.S. : ça vous dit un article sur les vertus du miel ? 🙂

Sources :

www.francetvinfo.fr/disparition-des-insectes-en-europe-un-declin-surprenant-par-son-ampleur-et-grave

www.francetvinfo.fr/disparition-des-abeilles-les-apiculteurs-denoncent-l-autorisation-en-catimini-d-un-nouveau-neonicotinoide-en-france

www.jardinature.net/abeilles

www.ac-grenoble.fr/Abeille

vevebm.free.fr/La vie d’une abeille

www.lemonde.fr/les-decodeurs/2017/10/26/dangerosite-toxicite-utilite-le-debat-sur-le-glyphosate-resume-en-discussion-sms

www.liberation.fr/2017/10/19/deux-nouveaux-pesticides-tueurs-d-abeilles-autorises-en-catimini

www.apiculture.net/blog/principales-plantes-melliferes

www.untoitpourlesabeilles.fr/blog/la-vie-de-la-ruche-en-mars/

5 commentaires sur “Les abeilles : nos amies sucrées !

    1. Merci 😉
      En fait, les abeilles et les bourdons peuvent piquer, mais seulement une fois : Leur dard est en relation avec une poche à venin, et est équipé de petites « barbules » autour desquelles notre peau se referme et qui l’empêchent d’être retiré. En chassant avec la main le bourdon ou l’abeille, on lui arrache le dard et la glande à venin située à l’intérieur du ventre, ce qui les tue.
      C’est pour cette raison que le risque de se faire piquer par une abeille ou un bourdon et très faible.
      A contrario, les guêpes et les frelons ne sont pas équipés de ces « barbules », ils peuvent donc piquer autant de fois qu’ils le veulent.
      T’as tout compris ? ce soir interro écrite ! 😀

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s