La course aux « Like »

« Il ne suffit pas de parler, il faut parler juste. »

William Shakespeare

« Il faudra beaucoup plus d’ordina-cœurs que d’ordinateurs dans la communication de demain. »

Jacques Séguéla

Waooouuh… ça fait un bail que je n’ai rien publié, ici ou sur sur Instagram !

« Haaan… tu devrais faire attention, les gens vont t’oublier, ou pire se désabonner !!«  <= ça c’est la p’tite voix dans notre tête, celle qui nous fait douter, qui nous fait peur et qui veut nous faire croire que d’avoir pleins d’abonnés et pleins de « j’aime » c’est le saint Graal, l’objectif numéro un à atteindre !

Et du coup, à cause d’elle (la p’tite voix hein, pas ta mère !! 😂) on se creuse les méninges et on se met la pression pour trouver un « truc » génial à partager, une publication qui nous rapportera un max de « like » et par dessus tout on espère récolter pleins d’abonnés en plus ! La dessus on rajoute le plus de hashtags* possible, dans notre quête ultime de visibilité et de reconnaissance !

Oh ! Eh ! La p’tite voix, ça suffit là !! Chut ! Non mais oh !

*Hashtag : mot clé cliquable (sur lequel on peur cliquer) qui permet soit de marquer un contenu avec un mot clé afin de partager ce même contenu, soit de regrouper des discutions sur un même thème. (Wikipedia – Hashtag)

Allez, viens avec moi ! On va plonger en immersion dans le monde virtuel des réseaux sociaux pour voir ce qui s’y passe.


 

Quelques chiffres

Les réseaux sociaux sont omniprésents dans notre vie quotidienne, que l’on soit un adolescent, un trentenaire ou que l’on ait au delà. On a tous au moins un compte Facebook, Twitter, Instagram ou encore Snapchat… si ce n’est pas 2, 3 comptes ou les 4 à la fois !

À travers le monde, une personne lambda passe en moyenne 2 heures 19 sur les réseaux sociaux par jour. Les français, quand à eux, y passent en moyenne 1 heure 23 par jour.

Des études menées un peu partout dans le monde on également démontré que la majorité des 18-34 ans consulte les réseaux sociaux dès le réveil, et que 80% des adolescents les consultent avant de se coucher.

Mais pourquoi a-t’on toujours besoin de se connecter à tous ces réseaux sociaux ?

twitter-292994_640
Image by Thomas Ulrich from Pixabay

 

Une machinerie bien huilée !

Sur ton réseau social préféré, tout est fait (et a été étudié par des ingénieurs de la Silicon Valley) pour que tu n’aies qu’une seule envie => y retourner ! Que ce soit par :

  • Les mentions « j’aime » ou les « like »
  • Les retweets*
  • Les notifications
  • Les couleurs
  • Le design etc…

Tout est étudié pour que tu y passes le plus de temps possible !

 *Retweet : Action de republier le « tweet » reçu de quelqu’un. (Dictionnaire Reverso – Retweet)

 

Mais pourquoi est-ce donc si addictif ?

Dans son interview à Axios, Sean Parker, le premier président de Facebook, a fait des révélations pour le moins troublantes. Dans cet interview, il dénonce les dangers des réseaux sociaux en expliquant qu’ils exploitent la « vulnérabilité » humaine.

Mais de quoi parle-t’il exactement ?

De dopamine !

Prenons un exemple : sur Facebook, Twitter ou Instagram les boutons « j’aime » on été créés spécialement pour donner une « petite dose de dopamine » aux utilisateurs. Cela fonctionne de la même manière que lorsque nous mangeons ou avons un orgasme : ça nous procure un « hit de dopamine ».


Le circuit de la récompense

La dopamine ?

La dopamine est une substance chimique produite par les neurones dopaminergiques et qui sert de neurotransmetteur dans le cerveau, c’est à dire qui assure la transmission d’un message d’un neurone à l’autre. Aussi appelée « molécule du plaisir » elle est impliquée dans le « circuit de la récompense » du cerveau.

neurons-1773922_640
Image par Gerd Altmann de Pixabay

Ahh oui, le circuit de la récompense ! Chaque fois que je publie sur un réseau social, je ne sais pas combien je vais récolter de « like » ou de commentaires. Ces « récompenses variables » créent une sorte d’addiction. Jean Twenge, professeur en psychologie à l’université de San Diego, explique que « C’est comme si on plaçait des gourmandises différentes chaque jour dans votre frigo : vous auriez beaucoup de mal à résister à l’envie de l’ouvrir ».

 

Les dangers

Pour les personnes les plus fragiles psychologiquement, les réseaux sociaux sont un réel danger. En effet, il a été démontré que si le nombre de mentions « j’aime » ou de commentaires diminue, cela peut entraîner des dépressions et/ou des pensées suicidaires  chez ceux-ci !

On a pu également remarquer des symptômes inquiétants chez les personnes dépendantes aux réseaux sociaux :

  • Diminution de l’attention
  • Perte de capacité à prendre des décisions
  • Incapacité à appréhender ses émotions dans les cas les plus graves !

 

Pour dédramatiser un peu tout ça, Laurence D’Arcy, psychologue clinicienne dans un centre d’addictologie, nous explique que « cela touche des gens avec des prédispositions. Comme toutes les dépendances, c’est une combinaison du produit, de la personnalité et du contexte. »

Néanmoins, si on se sent incapable de décrocher du monde virtuel, si son usage nous fait manquer le travail ou si il nuit à nos relations.. il faut absolument demander de l’aide !


 

Être vigilant !

Ok ! Ok ! On ne va pas tomber dans la paranoïa ! Tout le monde n’est pas dépendant des réseaux sociaux.

N’empêche qu’en se promenant sur ceux-ci, force est de constater que bon nombre de personnes cherchent à exister au travers de leur page Facebook ou de leur compte Instagram.

mobile-phone-1917737_640
Image par Gerd Altmann de Pixabay

En soi ça n’a rien de dangereux ou de mal, mais je pense qu’il faut tout de même être vigilants !

Certes, on fait de superbes rencontres sur ces réseaux (je parle en connaissance de cause), mais à trop vouloir de visibilité et de reconnaissance, on pourrait avoir tendance à se couper de la vie réelle et à ne plus penser qu’a ça ! Parce-que publier du contenu (sur Facebook, Twitter, Instagram etc…) ça demande énormément de temps et d’énergie, et ce temps passé sur la toile, c’est autant de temps déconnecté de la vraie vie, déconnecté de ses proches…

En ce qui me concerne il est hors de question que je devienne dépendante aux réseaux sociaux… parce-que je préfère largement passer du temps avec ma famille et mes amis, plutôt que de prendre ce temps pour trouver des idées de publication. Surtout, je ne veux rien attendre des réseaux sociaux : ni reconnaissance, ni valorisation… En effet, je sais ce que je vaux (du moins je crois) et il est hors de question que ma confiance en moi soit réduite aux nombre de « j’aime » que je pourrais récolter ou à mon nombre d’abonnés !! 

C’est d’ailleurs pour cette raison que je suis si peu visible sur Instagram. Je prends consciemment le risque que tu m’oublies… 😅 Eh oui !

Mais ça c’est ma décision, ça ne regarde que moi et je ne te dis pas ce que tu dois faire hein ?! 😁

Pour conclure ce petit article : je pense qu’il faut arriver à trouver un équilibre entre réseaux sociaux et vie réelle, même si je suis bien obligée d’avouer que cet équilibre est souvent bien difficile à trouver, et encore plus à garder ! Mais (oui, il y a toujours un mais !) si nous sommes conscients des risques, conscients du « pouvoir » que ces réseaux sociaux peuvent avoir sur notre cerveau et sur notre vie, alors c’est gagné.

Parce-que les choses ont uniquement le « pouvoir » qu’on veut bien leur donner !


 

Et toi ? Tu en es où par rapport aux réseaux sociaux ? Tu peux t’en passer ou pas ?

heart-3698156_640
Image par athree23 de Pixabay

Je te fais des gros bisous désintéressés et réels, et je te dis à bientôt.

Céline.

 

 

Sources :

Article dans « La Presse » par Philippe Mercure : https://www.lapresse.ca/dangereux-les-reseaux-sociaux.php

Article dans « Les Echos » par Anaïs Moutot : https://www.lesechos.fr/laddiction-aux-reseaux-sociaux-nouveau-fleau-de-sante-publique-

Vidéo Youtube par « Collège Evire » – Réseaux sociaux, tous accros ? :  https://www.youtube.com/watch?v=4cOKvph38_0

Vidéo Youtube par « Matière Grise » – Peut-on être « accro » aux réseaux sociaux : https://www.youtube.com/watch?v=LG6U5AGJWUE

Article dans « Business Insider France » par Rob Price : https://www.businessinsider.fr/sean-parker-facebook-parle-dangers-reseaux-sociaux-facebook

Définition Dopamine dans « Futura Santé » : https://www.futura-sciences.com/sante/definitions/medecine-dopamine-3263/

4 commentaires sur “La course aux « Like »

  1. Ravie de te lire ma douce Céline ! Ton article m’inspire énormément, j’ai très envie de rebondir sur tout ce que tu nous apprends dans un article sur mon blog aussi. Et d’ailleurs, ce que j’aime le plus c’est que tu nous apprends des choses, des vraies choses, des faits. J’avais un peu peur (pourtant, je te connais, j’aurais dû le savoir) en voyant le titre de ton article que tu critiques celles et ceux qui utilisent les réseaux sociaux de façon néfaste. Malheureusement, souvent on les blâme, toi tu leurs apprends à être vigilants, alors bravo et merci pour ta bienveillance ❤

    Aimé par 1 personne

    1. Merci beaucoup Justine pour ton commentaire (grâce à toi j’ai un bon hit de dopamine ! 😁) ça me touche énormément !
      Oui, le titre est volontairement « rentre dedans », alors je suis ravie que tu ne te sois pas arrêté à ça !!
      J’ai hâte de lire l’article que tu feras sur le sujet… Après avoir rattrapé mon retard dans la lecture de ton blog !! 😓
      Merci à toi aussi pour ta douceur et ta gentillesse !! Je suis chanceuse de te connaître 😘 bisous

      Aimé par 1 personne

  2. Merci pour ce super article, il est vrai que les 3/4 des gens ne se rendent pas compte du temps qu’ils passent sur les réseaux « sociaux ». C’est une forme de déni typique, directement lié aux addictions quelles qu’elles soient.
    Je me sens un peu extra-terrestre par rapport à tout ça, car, à 37 ans, j’ai toujours refusé farouchement d’entrer là-dedans(même pas de smartphone ou tablette), jusqu’ à il y a quelques mois, ou j’ai voulu rédiger un blog sur WordPress, avant de vite me rendre compte que finalement WP est un réseau social. Grrrrr!!!
    Du coup, j’essai de faire gaffe avec l’utilisation de WP, l’essentiel étant de faire attention à ce que l’on publie, rien de bien personnel dans mon cas, et comme dit dans l’article, veiller à ne pas y passer trop de temps. J’ai une vie, et des plantes à entretenir.
    Quant à la course au « Like », j’avoue que ça fait toujours plaisir, mais il faut rester lucide, et savoir que bon nombre de « likers » attendent évidemment le like en retour. On peut être tenté de faire de même.
    J’essaie d’être objectif quant au « like » que je distribue, mais reconnaît avoir mes favoris, et être parfois bon public. Idem avec les abonnements.
    Bien cordialement
    Benjamin

    Aimé par 1 personne

  3. Merci beaucoup pour ton commentaire Benjamin !😉(j’espère que le tutoiement ne te dérange pas, c’est juste plus facile pour moi)
    Effectivement je ne connais pas beaucoup de monde comme toi, mais je trouve ça plutôt rassurant que des personnes « résistent » et tournent le dos à cette mode du toujours connecté et à ce monde virtuel égocentrique.
    J’avais la vingtaine quand Facebook a été lancé… et je trouvais ça génial à l’époque ! Moi qui déteste le téléphone, pourvoir garder le contact en écrivant c’était parfait. Et puis j’ai pris conscience de la place que prenait ce réseau dans ma vie ! J’ai d’abord enlevé les notifications, puis j’ai carrément supprimé mon compte. Je me suis sentie alors vraiment soulagée et libérée !!!
    Tout ça pour dire qu’il faut effectivement être très vigilent, et ne pas oublier que la vraie vie ne se passe pas derrière un écran, mais à « gratter la terre » comme on dit chez moi et à faire des choses réelles… c’est là qu’on se sent vivant !
    Encore merci pour ce partage, et désolé pour la réponse « pavé » 😁
    Bonne journée
    Céline

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s